mercredi 28 décembre 2016

La malette à sextoys

Il existe des filles qui ont un seul sextoy. Il en existe aussi qui rangent quantité de sextoys dans un lieu particulier, un tiroir souvent, une mallette dans le cas présent.

Et croyez-moi, j'ai beaucoup fantasmé sur cette mallette, dont le plus gros inconvénient est qu'elle avait les parois opaques.

Que pouvait-elle bien contenir ? A priori, la croix de Saint-André était exclue, mais il y a des tonnes (disons des kilos) d'autres candidats. Dildos de toutes formes, rosebud, menottes, lingerie érotique et autres outils de luxure ... il y avait derrière les serrures de cette mallette tout ce que mon corps ne pouvait pas fournir a l'envi, c'est-à-dire des sextoys inépuisables, pour peu qu'on les libère de leur cage.

Un jour, après mille et un élans, j'avais le regard qui alignait sa fente, son dos, sa nuque et ... sa mallette. Je crois que la mallette m'a nargué plus que sa fente, au moins un instant, et j'ai donc décidé de crier "ouvre-toi sésame", et la caverne aux sextoys s'est offerte (dans les faits, j'ai soulevé une pile de revues, un dictionnaire _on croit qu'il est petit le Larousse, mais il pèse son poids_ et un scrabble de voyage). Sans quitter mon destrier, j'ai pu attraper maladroitement un sextoy rouge écarlate, au demeurant de bonne taille, qui me semblait être très prometteur, bien que ses veines étaient très surdimensionnées pour être réalistes.

Sa fente était encore luisante des orgasmes récents, les pétales vermillons de désir reflétaient chaque raie de lumière dans cette pénombre claire obscure. Quand j'ai glissé, en douceur, cette audace de latex dans la soif d'être prise encore et encore, le silence a fait place à quelques cris, entre invitation et stupéfaction. L'engin enfoui jusqu'à la garde allait loger une pression assurée et pugnace, polissant le point G, emplissant toute l'antre, pour buter tout au fond, là où le plaisir naît en percussions.

Je jouais de l'angle et de la courbure de l'objet, pour visiter en duel envahissant chaque recoin, chaque sinuosité de son puits de plaisir, cherchant ici la douceur et l'émotion, trouvant là étreinte et pression. En quelques instants, elle avait abandonné cette terre pour s'ouvrir le septième ciel et a laissé jaillir un bel orgasme emprunt de stupre, un plaisir qui suinte et qui ne laisse pas les draps indemnes.

Le principal atout du sextoy est que son ardeur peut rencontrer une soif de jouir sans fin. Aussi, j'alternais les lentes et douces estocades, qui offraient toute la largeur et laissaient les veines turgescentes attiser un plaisir tout en tiédeur et pesanteur, puis de vaillants assauts qui abolissaient la frontière entre supplice et délice en invasions fécondes, laissant surgir un orgasme ravageant tous les sens, usant tous les muscles, emplissant la pièce de dénégations ou d'acclamations face à cette vigueur orgiaque.

Je me souviens avoir usé de la courbure de l'objet pour commettre un autre délit, et caresser l'oeillet brun de l'intérieur, voir ses plis se dilater et rétracter sous les impacts. Cette rondelle troublée des faveurs à son endroit, procurait les mêmes plaisirs que l'amour à l'envers. Ma queue tendue comme prête à saillir, renonçait à éprouver cette fleur close, tant la scandaleuse orchidée distillait des orgasmes par pleines poignées.

Il y avait bien un moyen de parfaire l'oeuvre dans une grâce synchrone de plaisirs dépravés. Je saisis un de ses poignets, suggérant qu'elle prenne à pleine main ses deux belles fesses. La vue de cette fente devenue canyon, et de ce sextoy littéralement englouti, noyé sous les nectars exprimés par la sublime fleur, me donna une idée suprême. La croupe en l'air, fente offerte, sextoy engouffré dans cette antre suintante, il me prit l'idée de glisser mon désir, comme une promesse d'épreuve débordante. Quelques "oh non !" soulignant ce plaisir régressif prenant corps par ce surcroît de hardiesse, ne couvraient pas mes propres immédiates torpeurs. Ma queue, entre la douceur de l'orchidée et la raideur de ce complice de latex, laissait crépiter les préludes du plaisir ultime, quasi impossible à contenir. Je me souviens avoir fendu le sillon de toute mon ardeur, dessus, dessous mon complice de latex, puis, dans un râle de fauve qui perd pied, avoir inondé toute la vallée de mon obscène débauche, de mon double vice, de cet abus de glisser, fendre, labourer, enfoncer ... et inonder sans retenue ... sans jamais avoir été retenu ...

11 commentaires:

  1. Que 2017 vous préserve cette envie de nous faire partager votre plume (!) votre vie fantasmatique et vos reflexions philosophiques pour le plus grand plaisir de vos lecteur(trices) et le mien en particulier !

    Que 2017 vous soit riche d'expériences nouvelles, vibrantes, transcendantes, excitantes et que le sexe reste toujours une fête !

    Merci du plaisir de vous lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Quatorze et plus :

      Meilleurs voeux à vous aussi.

      Après 2016 l'année de la b...., 2017, l'année de la levr....

      Je vous souhaite un skipper aux mains rugueuses et aux rivages lointains, une année pleine de multiples et de "soleil", et qui concentre en 365 jours ... 365 orgasmes si différents qu'ils seront chacun un voyage mémorable.

      Ed

      Supprimer
  2. Dans ma boxXL à sex toys y a (aussi) des déguisements... Bon nouvel an ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ellie :

      Oui, les déguisements. Ceci dit, mon costume de nudiste tient partout, et la lingerie, même très friponne, peut se ranger dans un tiroir ... à lingerie.

      Vous devez avoir des déguisement ... volumineux !! Une armure ? Un scaphandre ? un costume d'infirmière ... ah non, comme y'a rien dessous, juste une blouse, ça ne prend pas de place ...

      bonne année 2017, l'année de la sextoy-malette

      Ed

      Supprimer
  3. Votre amante voyage avec un dictionnaire, un scrabble et une mallette à sextoys : elle est parée à toutes éventualités. :)
    Au plaisir de lire vos articles de la nouvelle année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Mirone :

      Il est des voyages immobiles, où les mots sont des clefs, pour le feu, la soie et le souffle court.

      Ed

      Supprimer
  4. Bonne année,cher ami,et encore et toujours,de belles loghorées de vos improbables fantasmes....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme :

      Je n'ai pas mémoire d'avoir flirté avec l'improbabilité au sens littéral, puisque tout ce qui est écrit ici s'est réalisé en chair et ombres ...

      Improbable au sens de : un peu plus "unique" que le fantasme du pompier, du plombier, ou du pilote de ligne ... alors oui, peut être.

      Bonne année ... une année à 2017 orgasmes (bon, c'est un peu ambitieux)

      Ed

      Supprimer
  5. Bonne et heureuse année. Que 2017 nous apporte encore vos écrits non ed-ulcorés... D'ailleurs, peut-être qu'un Édouard se cache derrière ce "Ed" ; aussi, j'ajouterai à mes vœux une bonne fête ... si ce n'est le cas, je retenterai ma chance à la St Edgard, Edwin, Eddy, Edmond... ;-)

    Amélina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amélina :

      Edward est un nom d'emprunt, mais qui me va comme un gant.
      Il y a des personnes qu'on rencontre sous un nom d'emprunt, qu'on ne peu plus appeler autrement après ce premier impact.

      J'ai pour 2017 une pelleté de fantasmes réalisés à mettre en mots ... que de promesses ...

      Ed

      Supprimer
    2. Aux plaisirs de vous lire...
      Il est rare de "rencontrer" un homme qui pratique à merveille les mots du sexe.
      Je suis un peu comme vous.. j'ai besoin/envie de verbaliser avant de pratiquer... Les mots favorisent l'imagination, initient et nourrissent les fantasmes..
      Amelina

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...