jeudi 17 novembre 2016

Initiation à la sodomie

J'étais alors un jeune mâle mal dégrossi, et j'avais connu peu de femmes, charnellement. Ce soir là, je retrouvais en boite une correspondante, rencontrée sur un chat. Elle était infirmière et traînait sur les canapés avec une de ses copines. Nous nous sommes aiguillonnés l'un l'autre sur les idées toutes faites autour du métier d'infirmière. Évidemment, elle répondait à mes tentatives de déstabilisations par d'autres poncifs sur la taille, ou sur l'age des amants ... La soirée fut belle et elle m’invita à la suivre en voiture jusque chez elle.

Entrés sur la pointe des pieds dans son appartement, ou semblaient dormir ses enfants, elle ferma vite la porte du salon et mis un peu de musique. Ma toute première écoute des Pixies !

Je ne me souviens plus de tout de nos élans, mais je me souviens bien du moment où, au milieu de la nuit, son corps luisant d'avoir visité le septième ciel, ma hampe encore pleine de vigueur, elle s'est mise à genoux entre mes cuisses. Elle a saisi mon arme, posé langoureusement ses lèvres en moult baisers, et murmuré un "j'ai tellement envie de m'empaler sur toi".

Elle en était presque confuse d'avoir ce désir, presque honteuse d'avoir à le verbaliser.

Ce fut une initiation pour moi. La belle prit l’initiative et me colla au fond de son canapé, immobile ou immobilisé, ou les deux qui sait ... la tige en l'air. Elle commença à s'assurer de ma vigueur, et à humidifier mon gland avec une salive abondante. Être pris en main, être immobilisé, et sentir une femme se servir de moi, de mon corps !

Puis, elle grimpa sur le sofa, et s’accroupit lentement. Son corps en déséquilibre, je la regardais faire sans sourciller. D'une main assurée, et tendit sa fente vers l'avant, ou peut être était-ce un basculement du bassin, et d'une autre main, s'assura de poser mon gland sur son bouton gourmand. Puis, en ouvrant les yeux comme si elle tombait en embuscade, elle laissa son corps choir de sa position inconfortable, et avaler ma proposition. Je sentais son oeillet résister ... puis céder presque d'un coup ... et enfin, d'une pression tout autour, ouvrir une voie totalement nouvelle pour moi et mes émois.

Je me souviens de ses grands yeux, entre jouissance et pénitence ... elle qui était sur la corde de la culpabilité. Je me souviens du délice, ces pressions si différentes, qui enserrent sur tout le pourtour et excite le dard d'une chaleur, d'une ardeur si particulière. Je me souviens de son bassin roulant, à croupi sur mon dard. Je me souviens du point de vue sur mon dard, brillant dans la lumière rasante, entrer et sortir de sa croupe, sans jamais laisser apparaître le gland. Je me souviens de ses lourds seins et de ses mains qui caressaient presque sans relâche ces démons de plaisir en liberté. Je me de son corps qui cherchait alternativement appui pour ne pas tomber ... et qui, déchirant le silence dans des convulsions moins civilisée, orgasma comme une bête sauvage ... je me souviens l'avoir remplie de mon nectar tiède, dans un jet compressé puis puissant et joui en même temps qu'elle ... et accueilli son corps éreinté, comblé, et suintant de désir ... soudainement sans énergie, avachi ... et moi entre le sofa et cette "sublime enculée"

6 commentaires:

  1. Merci pour cette nouvelle publication .. le temps m'a parut long après la rafale de textes de la rentrée ...
    Serais je addict ....?!

    La sodomie : une terre bien étrange et méconnue pour moi parce que d'abord et avant tout ... ca fait MAL ! et par le fait l'exploration est moins facile, moins attirante. Une amie sage femme me disait un jour : tu sais ce ne sont que des muscles, et tu peux "t'entrainer" .. les "modeler" ... mais j'ai une autre théorie qui m'arrange bien !
    " C'est contre nature" ! Je m'explique : Dame nature nous a donné 2 orifices, à nous les femmes, avec 2 sens de circulation bien distincts. L'un pour la procréation, en lui donnant le maximum d'outils pour s'ouvrir, se dilater, laisser pénétrer (la plaisir a même du être prévu pour donner l'envie d'y revenir ...) et l'autre pour l'élimination ...
    Que l'homme recherche l'intrusion dans le second, on peut tout à fait le comprendre, et vos mots le décrivent, Ed, c'est plus serré, c'est plus bandant !
    Quant à moi, je ne mets pas une opposition systématique mais il faut un calibre réduit et une relation très engagée pour que j'aie envie de donner ce plaisir là à mon homme, le plaisir du plaisir de l'autre et aussi dans des cas très rares le plaisir de se sentir pleine partout...
    @nn..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @14++ :

      Dame nature m'a confié des alternatives charnelles, comme des lèvres, une langue et des doigts ... qui me permettent d'explorer en complément de mon arme naturelle, le terrain de jeu recto ou verso, ou recto et verso ...

      Que devrais je faire de ces privilèges, si je respectais les commandements de dame nature ... la jouissance serait elle réservée que pour tenter de procréer (et bâtir une famille nombreuse de 25 petits Ed) ?

      N'est on pas là sur de la morale, fortement influencée par la religion ... Dès que plaisir est déconnecté de reproduction ... on le rejette, voire plus.

      Adieu veau, vache, menottes et fellation, pluralité et orgasmes à répétition ...

      Ed

      Supprimer
    2. ... "25 petits Ed" ... vous etes bien modeste !!! depuis le temps vous seriez à la tête d'une armée de petits Ed ...!!!

      Non je ne parlais pas de morale, ni de conscience judéo chrétienne mais juste de physiologie ... sens des sphincters .. dilatation naturelle ... mais j'étais effectivement restée sur le plus gros des attributs mâle en oubliant le plaisir procuré par les autres qui ne pénètrent pas si loin, pas si fort ...

      et ... surement pas ... adieu veau vache cochon... etc ......!

      Supprimer
    3. Oui, potentiellement, si chaque charge de mes spermatozoïde était valide, récupérée, isolée et exploitée, je pourrais avoir environ 3000 milliards de descendant(e)s ...

      Mais bon, ça fait un peu vache laitière, le concept !

      Ed

      Supprimer
  2. Que rajouter de plus, puisque Quatorze et plus a écrit exactement ce que je pense ?

    RépondreSupprimer
  3. Je ne vais pas faire de commentaire sur la moralité du sexe anal.
    Il serait probablement faux de toute façon dans la traduction. Je voulais juste dire que la façon dont vous l'avez écrit était très érotique et visuelle. Et dans l'acte charnel du sexe, les choses se passent ...

    paix et amour
    1ManView

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...